Auteur : Audrey Prieur

Les engagés | Biotope
Dominique Bourg : « Il faut réfléchir à la pénalisation des excès les plus évidents du système »
L’économie de marché telle qu’on la pratique aujourd’hui induit, incontestablement, des conséquences irréversibles sur l’environnement. Réfléchir à des alternatives devient urgent. Toutefois, comment peut-on lutter contre ce schéma économique, socle de nos sociétés, auquel participent 7 milliards d’individus ? Si l’on ne peut criminaliser tout un système mais que l’on souhaite reprendre la main sur […]
This content is only available to members.
Les endettés | Économie
Benjamin Coriat : « L’âge du néolibéralisme est derrière nous »
L’économie dite collaborative émerge en France et un peu partout dans le monde depuis la crise issue des subprimes. Cette économie de la débrouille se structure et s’incarne au travers d’initiatives personnelles, bien organisées, si bien qu’à terme, elles pourraient constituer des alternatives, pérennes et solides, à l’économie de marché. Les communs constituent une de […]
Les endettés | Économie
Régulation de l’économie de marché : quelles alternatives ?
Certains disent qu’elle manque de décence d’autres qu’elle n’a pas d’éthique. L’Economie de marché est le système le plus décrié que l’histoire économique ait connu, excepté pour les spéculateurs et dirigeants du CAC 40. Et pour cause, ce sont eux qu’elle enrichit. Si à la base sa réputation n’avait pas bonne presse, la crise des subprimes est venue confirmer ô combien que ce système induit des conséquences irréversibles sur le plan, économique, social, et environnemental.
Économie de marché : crime contre l'humanité ?
Des banques irrémédiablement compromises
Entre le 1er janvier 2014 et le 31 décembre 2014 ce sont 208 800 dossiers* de surendettement qui ont été déclarés recevables par la commission de surendettement, autant dire qu’à la banque de France ont ne chôme pas. Le profil type du surendetté est à 64% une personne célibataire, séparée, divorcée ou veuf. Le contexte sociodémographique pèse donc lourd dans la balance.
Les engagés | Biotope
Plaider la reconnaissance du « crime écologique » contre l’humanité
Plaider fait et cause pour l’écologie a-t-il encore un sens ? La question est légitime. Bien qu’inscrite au premier rang des priorités politiques, rappelons qu’en France seuls dix-huit députés siègent au parlement et cinquante sur les bancs du Parlement européen. Dès lors, comment les pouvoirs publics peuvent-ils solutionner les problématiques de manière effective si, de […]
Les banksters | Finance
Aplomb : « Imposer les lois républicaines au système bancaire »
Des banques irrémédiablement compromises. Entre le 1er janvier et le 31 décembre 2014, 205 800 dossiers1 ont été déclarés recevables par la commission de surendettement des particuliers. Autant dire qu’à la Banque de France, on ne chôme pas. Le profil type du surendetté est à 64,6% un individu célibataire, séparé, divorcé ou veuf. Le contexte socio-démographique pèse donc lourd […]
Les banksters | Finance
Gérard Faure-Kapper : « L’Aplomb n’est pas dans une démarche de contestation systématique, mais objective »
Le rôle de l’Association pour la légalité des opérations et mouvement bancaire (Aplomb) est de s’insurger sur des taux de crédits bancaires qualifiés d’usuraires par le code monétaire et financier. Celui des établissements bancaires, tout autre et moins philanthrope, consiste à surfer sur les failles de l’article L 313-3 du code de la consommation. Rencontre avec l’ancien banquier, Gérard Faure-Kapper, président de l’Aplomb et Maître Katia Debay, partenaire de l’association.
Les banksters | Finance
Maître Katia Debay (avocat au Barreau de Versailles) : « Un combat militant »
Partenaire de l’Association pour la légalité des opérations et mouvement bancaire (Aplomb), Maître Katia Debay, spécialiste du droit bancaire, est avocate au Barreau de Paris.
Les banksters | Finance
Gérard Faure-Kapper : « J’ai un rapport financier probant, qui repose sur un faisceau d’indices précis »
Le président de l’Aplomb, Gérard Faure-Kapper se voit, quant à lui, visé par une plainte au pénal1 pour propos « diffamatoires » à l’encontre du Crédit Mutuel d’Abbeville (Somme) à l’heure où les pratiques du cinquième groupe bancaire français, qui aime à vanter son esprit mutualiste, font l’objet de poursuites judiciaires pour de présumés faits de fraude fiscale et de blanchiment international dans le cadre d’un vaste système d’évasion fiscale2.