La cynique imposture française !


« Militants d'un "journalisme de Résistance", la priorité est de maintenir notre présence en kiosques », Romaric Liégeois, rédacteur en chef, Paradigme & Prospective. Crédit : Anna Liégeois
Print Friendly, PDF & Email

De par les sujets traités, le présent numéro est l’illustration parfaite du cynisme actuel qui n’a de cesse d’imposer sa tyrannie et de traduire l’imposture généralisée des politiques iniques et liberticides néolibérales menées aujourd’hui dans l’Hexagone. Imposture électorale, politique, démocratique, médiatique, numérique, monétaire, économique, sociale, sécuritaire, scientifique, environnementale, énergétique, sportive… sans omettre l’actuelle imposture européenne1 !

 

 

« L’impérieuse nécessité de faire entendre une autre voix
que celle de la pensée dominante »

Romaric Liégeois, rédacteur en chef
Paradigme & Prospective

 

 

Le 8 janvier dernier, Paradigme & Prospective faisait son entrée dans les kiosques de France posant une question audacieuse en couverture de son premier numéro : « Économie de marché : crime contre l’humanité ? » avec, dans ses pages, « l’explosif » dossier dénonçant « la titrisation des créances bancaires » aux dires même du président du Syndicat de lutte contre les banques, Dominique Michel.

À la « Une » de ce numéro 2, alors que la dernière étude en date dirigée par deux chercheurs de l’université d’Oxford2 démontre que « l’automatisation tue plus d’emplois qu’elle n’en crée ; 47 % des emplois existants seraient voués à être automatisés en 2035 », un nouveau dossier majeur « Big Brother, le règne de l’automatisation » décrypte les abus et dangers de l’automatisation en France : libertés, démocratie et République en péril !

 

Pluralité et indépendance 
des médias : « coup de com’ 
ou coup de poing ? »

 

« L’information éclairée du citoyen » en danger

Alors que la directive sur la protection du « secret des affaires »3 a été adoptée, jeudi 14 avril, par le Parlement européen au détriment d’un des principaux piliers des libertés fondamentales : le droit à l’information4 – malgré le récent scandale Panama Papers5 – menaçant, désormais, « le travail d’enquête des journalistes et, par ricochet, l’information éclairée du citoyen »6, voilà qu’en France la « pluralité et l’indépendance des médias sont mises en question », donnant à plancher, tièdement, sur une proposition de loi du même nom. S’agit-il d’un « coup de com’ ou coup de poing ? » Au sommaire, notre enquête – riche en témoignages : des figures de la presse ayant accepté de répondre aux questions de Paradigme & Prospective. Qu’elles en soient, ici, vivement remerciées -, démontre, en outre, l’impérieuse nécessité de faire entendre une autre voix que celle de la pensée dominante.

 

Esclavage et « revenu de base » au 3e millénaire

À l’heure où le député socialiste, Christophe Sirugue, annonce sa proposition de fusion des minimas sociaux dans une allocation unique – « une sorte de revenu minimum d’existence » -, Paradigme & Prospective offre de s’interroger sur la véritable alternative d’un revenu de base.

 

« Les révolutions se font pour rétablir 
dans l’ordre social l’équilibre que 
les envahissements de la richesse 
tendent toujours à détruire ! »
Victor Schœlcher

 

Esclavagiste, l’Association des pays du sud-est asiatique (Asean) ? C’est la question que soulève notre correspondant en Malaisie. Une interrogation amorcée par la 22e conférence des ministres de l’Asean dont il dénonce les exactions, notamment à l’égard du travail des enfants, la preuve par l’image. L’occasion de faire le point sur l’esclavage aujourd’hui, également en France alors que la République s’apprête à commémorer l’abolition de l’esclavage7 lors de sa journée nationale8 du 10 mai, qui nous ramène à la citation du sénateur philanthrope Victor Schoelcher9, dans son premier ouvrage majeur, De l’esclavage des Noirs et de la législation coloniale10, publié en 1833. Dans ce véritable réquisitoire contre l’esclavage et pour son abolition, visionnaire, il écrivait déjà : « les révolutions se font pour rétablir dans l’ordre social l’équilibre que les envahissements de la richesse tendent toujours à détruire ! »

 

La plume cinglante de Quel Sport ?

Une nouvelle rubrique « Les sportisés (Sport) », animée par la plume cinglante de Quel sport ?, organe français de la critique internationale du sport, dénonce, enfin, « La massification fanatique du football » dans le cadre de l’Euro 2016. Vous retrouverez, par ailleurs, au fil des pages, le chantre de la démocratie directe et participative, Étienne Chouard, qui pointe, en détail, l’idée d’une « Constitution pour le peuple, par le peuple » ; l’économiste « atterré », Christophe Ramaux pour qui, « si on ne conçoit pas qu’on puisse appréhender et gérer l’économie autrement, on ne sortira pas [de cette crise] » ; le philosophe, Dominique Bourg, vice-président de la Fondation Nicolas Hulot, qui revient sur l’écologie mise à mal par l’économie de marché. C’est dire qu’il est grand temps d’un « Plan B » : une alternative crédible pour l’Europe ? Initiative ambitieuse qui réunit personnalités politiques, militants altermondialistes et citoyens de tout le continent. « Les hérétiques (Science) », enfin, reviendront, notamment, sur la désillusion de l’Aérotrain de Jean Bertin, le combat de Jean-Pierre Maschi en faveur de la sclérose en plaques et l’Olom11 de Georges Lakhovsky sacrifié sur l’autel des lobbies médicaux. Cette rubrique revisite les oubliettes et les cachots de l’Histoire où des personnalités ont été volontairement rejetées, sciemment effacées.

 

Contretemps à rattraper

Alors que notre deuxième numéro aurait dû paraître le 8 mars dernier, comme annoncé à l’origine, voilà qu’il se présente à vous, chers lecteurs, seulement aujourd’hui ! Autrement dit, avec un bimestre de retard ! Hasard ou coup du sort ? Déjà, courant mars, nous vous informions par nos réseaux sociaux d’un contretemps significatif reportant la parution du présent numéro à quelques semaines du calendrier initial. Ce retard étant intimement lié aux difficultés « multiples » inhérentes au lancement d’un nouveau titre, bimédia de surcroît, dans le contexte économique que chacun connaît. Sans, pour autant, toutefois, avoir trop de scrupules, notre premier « numéro en valait deux » si l’on en croit vos propres observations, de part ses 136 pages sans publicité ! Vous ayant donc donné à lire, largement, pour patienter quelques semaines supplémentaires, d’autant que vous ne serez pas déçus de la très bonne tenue de ce numéro deux. Le numéro trois étant déjà en préparation.

 

Militants d’un « journalisme de Résistance »12

Autant dire que  la compétence de nos collaborateur(trice)s n’est en rien liée au retard que l’on sait de la version imprimée. Au cas où un doute persisterait à ce propos, soyez assurés que l’équipe de Paradigme & Prospective est d’ores et déjà à l’œuvre pour rattraper cet aléa dans le cadre des prochaines parutions. Nous tenons à remercier, ici, nos premiers abonnés – militants d’un « journalisme de Résistance »12 – du renouvellement de leur soutien et de leur confiance.

Ce contretemps nous a permis, toutefois, de peaufiner la présente version bimédia apportant à ce deuxième numéro (imprimé notamment) de notables améliorations : facilitation de la lecture, identification clarifiée des têtières, allégement des articles tout en conservant notre marque de fabrique : format long, modulation et enrichissement des rubriques (tournantes et récurrentes), notamment en faveur de la version papier, sans omettre une légère réduction de la pagination (passant de 136 à une moyenne de 116 pages jusqu’alors sans publicité). Une réduction formulée et souhaitée par de nombreux lecteurs. Cette démarche s’inscrit dans le cadre d’un développement progressif du titre prenant en compte le retour de vos observations, remarques, suggestions, critiques… suite à sa sortie nationale en janvier dernier.

 

Notre « premier numéro 
en valait deux » selon 
vos propres observations

 

Maintenir notre présence en kiosques

Paradigme & Prospective évolue, prend son essor avec, notamment, l’accueil de correspondants étrangers. Indépendant, notre titre ambitionne de maintenir sa présence en kiosques. Il doit, désormais, développer des trésors d’idées et d’énergie pour pérenniser sa structure. Ce choix de bon sens impose, en outre, à nos éditions, des moyens substantiels. Or, le coût de la diffusion nous conduit, dès à présent, à procéder à une refondation profonde de notre petite structure, aujourd’hui à taille humaine, en vue d’assurer le développement du titre avec le souhait de conserver sa liberté de ton, garante de notre identité. Merci du renouvellement de votre confiance. Soutenez la presse libre et indépendante, abonnez-vous à Paradigme & Prospective ! Excellente lecture.

 

  1. L’Europe de la finance favorise l’austérité à outrance au détriment des peuples et de la construction de l’Europe sociale.
  2. http://www.oxfordmartin.ox.ac.uk/downloads/academic/The_Future_of_Employment.pdf
  3. Pour les journalistes éventuellement visés à l’avenir, ceux-ci n’auront d’autre choix que de saisir, en dernier ressort, la Cour européenne des droits de l’hommes (CEDH) faisant l’objet d’une jurisprudence des plus protectrices en matière de droits de la presse comme nous l’indiquions, dès notre premier numéro de janvier dernier, dans notre « Avis au lecteurs » (raison d’existence). La directive sur le « secret des affaires » a été adoptée au grand regret des journalistes et des lanceurs d’alerte mais également d’élus, d’organisations non gouvernementales (ONG) et de syndicats outrés par les découvertes mises à jour par le récent scandale Panama papers.
  4. Contrairement à ce qui est mis en avant par l’Union européenne.
  5. Ils désignent la fuite de plus de 11,5 millions de documents confidentiels issus du cabinet d’avocats panaméen Mossack Fonseca, détaillant des informations sur plus de 214 000 sociétés offshore ainsi que les noms des actionnaires de ces sociétés. Parmi eux se trouvent des hommes politiques, des milliardaires, des sportifs de haut niveau, des célébrités, des chefs d’État ou de gouvernements de 6 pays. Initialement envoyées au quotidien allemand Süddeutsche Zeitung en 2015, les données ont rapidement été partagées avec les rédactions de media dans plus de 80 pays par l’intermédiaire de l’International Consortium of Investigative Journalists (ICIJ) basé à Washington : https://panamapapers.icij.org. Les premiers articles sont publiés le 3 avril 2016.
  6. Journalistes et lanceurs d’alerte sont-ils menacés par la directive sur le secret des affaires ?, lemonde.fr, Amandine Réaux, 17 juin 2015.
  7. La France est le premier Etat et demeure le seul qui à ce jour ait déclaré la traite négrière et l’esclavage « crime contre l’humanité », elle est également le seul Etat à avoir décrété une journée nationale de commémoration.
  8. Cette journée nationale a été choisie sur proposition du comité pour la mémoire de l’esclavage (rapport 2005).
  9. Victor Schœlcher, également journaliste, fut à l’origine de l’abolition définitive de l’esclavage en France.
  10. Paru chez Paulin éditions en 1833.
  11. Oscillateur à longueurs d’onde multiples.
  12. Dans l’esprit revendiqué par la Coordination permanente des médias libres (CPML) : www.medias-libres.org
Print Friendly, PDF & Email