Catégorie : Les enquêtes qui dérangent | à la une

Économie de marché : crime contre l'humanité ?
les_enquetes_qui_derangent_economie_de_marche_crime_contre_l_humanite_01
Economie de marché : crime contre l’humanité ?
Economie de marché : crime contre l’humanité ? La question reste entière mais mérite d’être posée. Les multiples applications et conséquences induites de l’économie de marché constitueraient-elles, aujourd’hui, un crime contre l’humanité ? « Alors que l’étau juridique international se resserre sur les dictateurs et les criminels de guerre, les crimes économiques demeurent largement impunis »1, le droit reflète – […]

Abonnez-vous à Paradigme & Prospective

Le contenu de cet article est gratuit mais pour le débloquer vous devez souscrire un compte gratuit.

Se connecter

Créer un compte gratuit

Accès aux extraits de tous les articles (même les articles réservés aux abonnés payants)
Accès aux articles gratuits (uniquement accessibles en étant connecté)

Créer un compte gratuit

 

Découvrez nos Offres d'Abonnements

Offre classic

Abonnement Edition Papier ou Internet - 12 Numéros - Internet,

Abonnement Edition Papier ou Internet - 6 Numéros - Internet,

Offre premium

Abonnement Edition Internet Seul - 24 Numéros,

Abonnement Edition Internet Seul - 18 Numéros,

Abonnement Edition Internet Seul - 12 Numéros,

Abonnement Edition Internet Seul - 6 Numéros,

Offre platinium

Abonnement Edition Couplée - 12 Numéros,

Abonnement Edition Couplée - 6 Numéros,

Offre professionnels

Abonnement Edition Couplée - 12 Numéros,

Abonnement Edition Couplée - 6 Numéros,

Offre solidaire

Abonnement Edition Couplée - 24 Numéros,

Abonnement Edition Couplée – 18 Numéros,

Abonnement Edition Couplée – 12 Numéros,

Abonnement Edition Couplée – 6 Numéros

Économie de marché : crime contre l'humanité ?
Edgar Morin : « Les initiatives créatrices dans le monde préparent un futur possible »
À 93 ans, Edgar Morin n’a rien perdu de sa verve. Actif dans le milieu universitaire comme sur les réseaux sociaux, le philosophe et sociologue lutte sur tous les fronts contre les dérives de la finance. Malgré de nombreux constats amers, cet éternel optimiste nous livre les raisons qui le poussent à penser que l’humanité est en voie de sortir de la crise dans laquelle la finance l’a conduite.
Big Brother, le règne de l'automatisation
Abus et dangers de l’automatisation : libertés, démocratie et République en péril

« Je ne peux rien faire’, ‘c’est la machine’ ou encore, ‘le système est comme ça’ » ! Qui n’a pas déjà entendu ces laconiques et sempiternelles réponses dans les administrations (impôts, Pôle Emploi, Sécurité sociale, Urssaf, Caf, police, gendarmerie, collectivités territoriales…), dans les banques qui usent et abusent des nouveaux systèmes automatisés.

Big Brother, le règne de l'automatisation
Big Brother, le règne de l’automatisation
“Big Brother is watching you”. Si la formule n’était que fiction pour les contemporains de l’auteur de 1984, Georges Orwell, elle est aujourd’hui devenue une réalité avec l’affaire d’espionnage à grande échelle, révélée par l’ex-employé de la principale agence de renseignement américaine (NSA)1, Edward Snowden. Nous sommes tous les jours conditionnés et surveillés dans notre vie publique comme privée, à notre insu. Comment ? Grâce à des millions d’automates si bien intégrés dans le quotidien de chacun qu’ils se sont fondus dans le paysage. Grande distribution, banques, administrations, États : ils agissent depuis trente ans pour nous construire une cage dorée sur fond d’avancées technologiques, creusant une ‘‘ fracture numérique ’’ entre les plus fragiles et les mieux lotis.
Big Brother, le règne de l'automatisation
Serge Maître (Afub) : « Certaines opérations ont été fragilisées par l’automatisation du système bancaire »
Secrétaire général et porte-parole de l’Association française des usagers des banques (Afub), Serge Maître, auteur de Comment ne pas payer ses dettes à son banquier (Edition Librio), se penche sur la relation difficile entre le client et sa banque depuis l’entrée dans l’ère du tout-automatique.
Big Brother, le règne de l'automatisation
Maître Benjamin Galic, avocat : « L’Union européenne doit harmoniser les lois sur les données personnelles »
L’automatisation des services a largement entamé la confiance des usagers dans le tout-informatique : 92% d’entre eux se disent préoccupés par une limitation de la conservation de leurs données personnelles dans le temps, selon le think tank Idate. Avocat spécialiste des nouvelles technologies au sein du cabinet rennais Cap Code, Me Benjamin Galic, membre de la Fédération nationale des unions des jeunes avocats (Fnuja), revient sur les enjeux juridiques de la préservation de son « identité numérique ».
Big Brother, le règne de l'automatisation
Maxime Chipoy (UFC-Que choisir) : « La Cnil fait bien son travail mais n’a pas toujours les moyens pour agir »
En pleine guerre ouverte contre le « fichier positif », recensant les demandeurs de crédits, l’Union française des consommateurs (UFC) se lance, également, dans la bataille de la sécurité des données personnelles, soumises aux pressions de la concurrence et de la mondialisation. Entretien avec Maxime Chipoy, responsable du service des études d’UFC - Que Choisir.
Big Brother, le règne de l'automatisation
Le casse-tête bancaire de Li*
Tout est parti d’une simple erreur de compréhension. En 2007, Li* emménage à Béziers pour se perfectionner en français et continuer ses études. Fraîchement débarquée de Chine, elle ne parle pas très bien la langue de Molière qu’elle ne pratique que depuis un an et demi. « A cette époque, j’ai ouvert un compte dans l’agence la plus proche de chez moi, comme la plupart de mes compatriotes ».
Économie de marché : crime contre l'humanité ?
Éric Alt [magistrat] : « Dans certains cas, on peut parler d’homicides involontaires »
Le magistrat, Éric Alt, est de tous les combats qui entendent mettre à mal la machine financière qui dirige notre économie de marché, celle dont les rouages sont trafiqués, celle que politiques et transnationales corrompent à souhait. Il parle aisément de « crimes économiques liés à la corruption et à la délinquance financière » parce que, dans certains cas, il le dit « la corruption tue ». Il fouille, analyse et démontre, grâce à ses compétences politiques et juridiques, les failles du système. Et il les trouve. Il apporte des solutions, mais l’oreille des Institutions peine à se tendre. Pourtant, pour celui qui souhaite que l’on arrête de « sacrifier les droits fondamentaux au bénéficie des nécessités de marché », le combat n’est pas vain.
Économie de marché : crime contre l'humanité ?
Susan George : « Nous pourrions parler de non-assistance à personnes en danger »
« Oui, nous pouvons parler de “crime économique” » assure la présidente d’honneur du mouvement altermondialiste Attac-France, l’essayiste et romancière franco-américaine, Susan George, à propos du projet d’accord de libre-échange négocié en secret entre l’Union européenne et les Etats-Unis, plus connu sous l’acronyme « Tafta », sur lequel elle revient, largement, dans son 17e opus, Les usurpateurs : comment les transnationales prennent le pouvoir paru aux Editions du Seuil (2014). Pour elle, « l’ouverture du marché transatlantique ne constitue qu’un exemple supplémentaire démontrant que les entreprises transnationales prennent le pouvoir, au vu et au su des États, et ne servir, exclusivement, que leurs intérêts privés (surtout leurs profits) », au détriment de cette quantité négligeable : le citoyen-consommateur.