Catégorie : Économie de marché : crime contre l’humanité ?

Économie de marché : crime contre l'humanité ?
les_enquetes_qui_derangent_economie_de_marche_crime_contre_l_humanite_01
Economie de marché : crime contre l’humanité ?
Economie de marché : crime contre l’humanité ? La question reste entière mais mérite d’être posée. Les multiples applications et conséquences induites de l’économie de marché constitueraient-elles, aujourd’hui, un crime contre l’humanité ? « Alors que l’étau juridique international se resserre sur les dictateurs et les criminels de guerre, les crimes économiques demeurent largement impunis »1, le droit reflète – […]

Abonnez-vous à Paradigme & Prospective

Le contenu de cet article est gratuit mais pour le débloquer vous devez souscrire un compte gratuit.

Se connecter

Créer un compte gratuit

Accès aux extraits de tous les articles (même les articles réservés aux abonnés payants)
Accès aux articles gratuits (uniquement accessibles en étant connecté)

Créer un compte gratuit

 

Découvrez nos Offres d'Abonnements

Offre classic

Abonnement Edition Papier ou Internet - 12 Numéros - Internet,

Abonnement Edition Papier ou Internet - 6 Numéros - Internet,

Offre premium

Abonnement Edition Internet Seul - 24 Numéros,

Abonnement Edition Internet Seul - 18 Numéros,

Abonnement Edition Internet Seul - 12 Numéros,

Abonnement Edition Internet Seul - 6 Numéros,

Offre platinium

Abonnement Edition Couplée - 12 Numéros,

Abonnement Edition Couplée - 6 Numéros,

Offre professionnels

Abonnement Edition Couplée - 12 Numéros,

Abonnement Edition Couplée - 6 Numéros,

Offre solidaire

Abonnement Edition Couplée - 24 Numéros,

Abonnement Edition Couplée – 18 Numéros,

Abonnement Edition Couplée – 12 Numéros,

Abonnement Edition Couplée – 6 Numéros

Économie de marché : crime contre l'humanité ?
Edgar Morin : « Les initiatives créatrices dans le monde préparent un futur possible »
À 93 ans, Edgar Morin n’a rien perdu de sa verve. Actif dans le milieu universitaire comme sur les réseaux sociaux, le philosophe et sociologue lutte sur tous les fronts contre les dérives de la finance. Malgré de nombreux constats amers, cet éternel optimiste nous livre les raisons qui le poussent à penser que l’humanité est en voie de sortir de la crise dans laquelle la finance l’a conduite.
Économie de marché : crime contre l'humanité ?
Éric Alt [magistrat] : « Dans certains cas, on peut parler d’homicides involontaires »
Le magistrat, Éric Alt, est de tous les combats qui entendent mettre à mal la machine financière qui dirige notre économie de marché, celle dont les rouages sont trafiqués, celle que politiques et transnationales corrompent à souhait. Il parle aisément de « crimes économiques liés à la corruption et à la délinquance financière » parce que, dans certains cas, il le dit « la corruption tue ». Il fouille, analyse et démontre, grâce à ses compétences politiques et juridiques, les failles du système. Et il les trouve. Il apporte des solutions, mais l’oreille des Institutions peine à se tendre. Pourtant, pour celui qui souhaite que l’on arrête de « sacrifier les droits fondamentaux au bénéficie des nécessités de marché », le combat n’est pas vain.
Économie de marché : crime contre l'humanité ?
Susan George : « Nous pourrions parler de non-assistance à personnes en danger »
« Oui, nous pouvons parler de “crime économique” » assure la présidente d’honneur du mouvement altermondialiste Attac-France, l’essayiste et romancière franco-américaine, Susan George, à propos du projet d’accord de libre-échange négocié en secret entre l’Union européenne et les Etats-Unis, plus connu sous l’acronyme « Tafta », sur lequel elle revient, largement, dans son 17e opus, Les usurpateurs : comment les transnationales prennent le pouvoir paru aux Editions du Seuil (2014). Pour elle, « l’ouverture du marché transatlantique ne constitue qu’un exemple supplémentaire démontrant que les entreprises transnationales prennent le pouvoir, au vu et au su des États, et ne servir, exclusivement, que leurs intérêts privés (surtout leurs profits) », au détriment de cette quantité négligeable : le citoyen-consommateur.
Économie de marché : crime contre l'humanité ?
Jean-François Gayraud (CSFRS – Uclat) : « Les cols blancs ont profité d’un système dérégulé »
Docteur en droit pénal et expert en intelligence économique, le commissaire divisionnaire de la Police Nationale, Jean-François Gayraud a publié de nombreux ouvrages sur le monde perverti de la finance et ses dérégulations. Dans son dernier livre, Le capitalisme criminel (2014), il dénonce les « crimes en col blanc» commis en toute impunité depuis la crise des subprimes de 2007 par les élites d’un système économique mondial criminogène, par manque de cadres juridiques et politiques.
Économie de marché : crime contre l'humanité ?
Des banques irrémédiablement compromises
Entre le 1er janvier 2014 et le 31 décembre 2014 ce sont 208 800 dossiers* de surendettement qui ont été déclarés recevables par la commission de surendettement, autant dire qu’à la banque de France ont ne chôme pas. Le profil type du surendetté est à 64% une personne célibataire, séparée, divorcée ou veuf. Le contexte sociodémographique pèse donc lourd dans la balance.