Eleftheria Kasoura (Programme Med) : « Quatre axes prioritaires ont été retenus »


Eleftheria Kasoura : « L'objectif général est de faire de l'espace méditerranéen un territoire capable de rivaliser avec ses concurrents internationaux ». Crédit : DR
Print Friendly, PDF & Email

Chef de service de l’Autorité unique de gestion du Programme de coopération transnationale Med, rattachée à la Direction générale adjointe des relations internationales et des affaires européennes, basée à Marseille, Eleftheria Kasoura est, également, chargée de mission pour la coopération euro-régionale et les partenariats intra-européens. Paroles d’expert. Exclusif.

 

Paradigme & Prospective : Qu’est-ce que le Programme Med ?

Elefthéria Kasoura : Cofinancé par le Fond européen de développement régional, le Programme de coopération transnationale Med 2007-2013 permet, dans le cadre de la coopération territoriale européenne (DG Regio), de renforcer la cohésion économique et sociale afin de favoriser un développement durable, équilibré et harmonieux dans la zone méditerranéenne. L’objectif général est de faire de l’ensemble de l’espace méditerranéen un territoire capable de rivaliser avec ses concurrents internationaux afin d’assurer un niveau de compétitivité plus élevé, d’encourager la cohésion territoriale et d’intervenir activement pour la protection de l’environnement.

 

Quelle action menez-vous en faveur du bassin méditerranéen ?

Nous gérons un instrument financier européen de la politique régionale. Le programme transnational Med constitue le volet territorial de la politique de l’Union européenne sur l’espace méditerranéen. L’approche collaborative et multilatérale de ce programme favorise (ou devrait favoriser), en complément des programmes bilatéraux, l’intégration euro-méditerranéenne
et la construction d’une Méditerranée des projets. Quatre axes prioritaires ont été retenus dans le cadre du programme Med en lien avec l’innovation, le développement durable, l’accessibilité et la gouvernance. Les différents appels à projets lancés au cours de cette période de programmation se déclinent en des catégories distinctes : les projets dits « classiques » qui se limitent à l’échange
de bonnes pratiques et les projets dits « stratégiques » qui dépassent le simple cadre du partenariat et ont un impact sur les politiques régionales, la durabilité et la capitalisation des résultats. Les projets stratégiques ont été lancés pour la première fois en 2007 et constituent une innovation dans le cadre de la période actuelle.

 

Optimisme ou pessimisme pour l’avenir de la Méditerranée ?

Quant au futur, une approche intégrée et transversale présenterait l’avantage de faire converger l’ensemble des politiques et des instruments financiers, existants au niveau communautaire, national et régional vers des objectifs partagés au sein d’une même macro-région, ou d’un même bassin maritime. L’intégration de ces différentes politiques permet d’avoir une approche plus coordonnée et plus stratégique, en évitant toute superposition ou dispersion de l’intervention publique. Parallèlement, elle encouragerait une meilleure coordination et intégration des moyens financiers actuels, qui peuvent être mieux orientés vers les axes stratégiques prioritaires retenus dans un espace donné. Ceci est beau en théorie mais on connaît bien la particularité de l’espace méditerranéen et son contexte fragile et complexe.

Print Friendly, PDF & Email