La France condamnée, Beljanski réhabilité


Mirko et Monique Beljanski en 1982. Crédit : Beljanski Foundation Inc., New York (USA)
Print Friendly, PDF & Email

Docteur ès sciences, Mirko Beljanski mit au point des médicaments efficaces contre le cancer et le Sida mais ne put les faire agréer. Persécuté jusqu’à en mourir pour avoir guéri « illégalement », le regretté professeur fut aussi, celui qui permit à François Mitterrand, alors rongé par un cancer, de terminer son second septennat. Entretien avec son épouse, Monique Beljanski, depuis le siège de la fondation Beljanski à New-York (USA), 19 ans après l’arrestation du biochimiste en France.

 

Monique Beljanski. Crédit : DR
Monique Beljanski. Crédit : DR

Monique Beljanski fut l’épouse et l’assistante du très controversé chercheur français en biologie moléculaire, Mirko Beljanski. Aux côtés de sa fille, Sylvie Beljanski, avocate de formation, à la tête de la société américaine Natural Source International, Ltd. dont elle assure, aujourd’hui, la présidence, Monique Beljanski poursuit le combat contre « l’opposition scientifique et médicale » pour que les découvertes scientifiques majeures instiguées par son époux se poursuivent au profit des malades et de la recherche. Elle est, enfin, l’auteure de plusieurs ouvrages sur la « santé confisquée » et le cas « Beljanski » qui fut aussi une « affaire d’Etat » !

 

Paradigme & Prospective : Pourriez-vous revenir sur les principales découvertes du professeur Mirko Beljanski et, notamment, la mise au point de traitements efficaces contre le cancer et le Sida ?

Monique Beljanski : Les découvertes de Mirko sont à la fois fondamentales et pratiques. Il démontra les rôles que jouent les acides ribonucléiques (ARN1) ou petits ARN qui seront, ultérieurement, finalisés en un produit de santé, les ARN fragments. De nos jours, si la mode est de redécouvrir les micro-ARN, il est injuste d’omettre de citer les travaux antérieurs dont Maurice Stroun, Armin C. Stroun et Mirko Beljanski ont été les précurseurs. Mirko a découvert l’existence de la transcriptase inverse2 chez les eucaryotes3 qui expliquait la possibilité qu’ont les ARN d’amener des transformations cellulaires héritables. Il démontrera comment des antibiotiques induisent des bouleversements importants au niveau des ARN cellulaires et transforment des bactéries réceptrices de ces petits ARN. Du point de vue pratique, les petits ARN sont capables de promouvoir la genèse des globules blancs et des plaquettes sanguines. C’est essentiel pour préserver tant l’immunité des malades soumis à des traitements agressifs, particulièrement en cancérologie, que celle des personnes âgées si vulnérables aux maladies nosocomiales.
Ces petits ARN comme compléments alimentaires ont fait, depuis peu, aux Etats-Unis, l’objet de deux expertises cliniques sur des humains. Les résultats sont convaincants. Mirko a observé que toutes les molécules à potentiel cancérogène ainsi que les molécules mutagènes et non mutagènes de l’environnement, décelables de façon fiable par l’Oncotest4, déstabilisaient la conformation de l’ADN5, par laquelle une cellule se dirige vers le cancer. Il a trouvé quelques molécules capables de s’opposer à cette déstabilisation, de se fixer aux seuls ADN devenus cancéreux ou en voie de le devenir et, ainsi, de bloquer la multiplication des cellules affectées. Ce sont des extraits de plantes, anticancéreux sélectifs, agissant de façon spécifique sur les seules cellules atteintes, sans effet secondaire indésirable. Ces résultats, largement publiés dans les années 70-90, ont fait récemment aux Etats-Unis l’objet de confirmations.

 

Qu’en est-il du volet Sida de l’affaire Beljanski ?

Dans le monde entier, les années 80 furent consacrées à établir des plans de lutte contre le Sida et le cancer. Mirko a montré que l’un de ces anticancéreux spécifiques avait, en outre, la capacité d’enrayer la multiplication des virus. Il fit une première démonstration de contrôle du développement du virus sur les plantes puis sur le VIH6. Des vaccins contre le Sida étaient en préparation (ils le sont toujours !) et les trithérapies faisaient l’objet de recherches intensives. On utilisait l’AZT7, substance toxique abandonnée dès la mise sur le marché des trithérapies. Les expertises toxicologiques ayant montré l’absence d’effet nocif du Pao Pereira8, Mirko se permit d’en donner à des malades atteints du Sida déclaré avancé.
Le succès dépassa ses espérances car les pathologies opportunistes disparurent très rapidement et les sujets purent mener une vie tout à fait normale, sans aucun effet secondaire durant de longues années. Dès lors et, depuis 25 ans, les témoignages qui justifient de l’efficacité des traitements Beljanski, ne cessent de s’accumuler. L’activité antivirale, bien que confirmée par certains autres chercheurs (notamment Suisses et Américains) et par les malades eux-mêmes, a déclenché en France les foudres de l’ANRS9, de l’Agence du médicament10 et de la Direction générale de la santé11 !

 

« “Simone Veil, […] prit une mesure proprement scandaleuse envers les malades de Beljanski” »
Monique Beljanski

 

Quelles ont été les méthodes employées, en France principalement, pour discréditer le professeur Beljanski ?

Au regard du dogme prévalant aux Etats-Unis, par lequel le cancer était curable uniquement selon des protocoles chimiques toxiques internationaux, il n’était pas question de laisser insinuer dans l’esprit des gens que des méthodes naturelles pouvaient soigner sans dommage pour l’organisme. Cela interférait avec le programme du génie génétique et les promesses mirobolantes y attenant. Il fallait, impérativement, faire taire ce gêneur au plus vite. Mirko avait rencontré beaucoup d’hostilité de la part de l’Institut Pasteur qui travaillait en étroite collaboration avec les multinationales soutenant la politique en vigueur en matière de santé. L’Institut recevait un soutien financier de puissantes organisations aux USA ; il ne pouvait laisser un trublion semer le doute. Les résultats de Mirko constituaient une remise en cause de l’intangibilité de l’ADN sur la cellule. Aujourd’hui, celle-ci est un sujet d’actualité en biologie, mais à l’époque, tout fut envisagé pour retarder cette prise de conscience. Jacques Monod et François Gros de l’Institut Pasteur, qui bâtissaient leur notoriété sur le dogme, organisèrent une campagne de dénigrement contre Beljanski. Mirko fut ainsi privé de collaborateurs, d’avancement, de place, d’équipement et de budget. Il dût quitter l’Institut Pasteur et fut accueilli à la Faculté de pharmacie de Châtenay-Malabry pendant les dix années précédant sa retraite du CNRS12, mais aucun financement ne lui fut accordé. Le Ciris13, association de malades, mit à la disposition du chercheur en retraite un laboratoire dans l’Isère où, pendant dix ans, il travailla à peaufiner ses découvertes.

 

Entre autres patients, votre époux a notamment permis à François Mitterrand, rongé par un cancer, de terminer son second septennat. Cet épisode significatif vous a-t-il été favorable ?

Confrère de Mirko Beljanski, docteur ès sciences, Maurice Stroun est chercheur en bilogie cellulaire - moléculaire à l'Université de Genève (Suisse). Crédit : DR
Confrère de Mirko Beljanski, docteur ès sciences, Maurice Stroun est chercheur en bilogie cellulaire – moléculaire à l’Université de Genève (Suisse). Crédit : DR

Pendant la période durant laquelle François Mitterrand a bénéficié des produits Beljanski, personne n’osa nous attaquer de front. Même si le président ne prononça pas lui-même le nom de Beljanski, le fait demeurait que Mitterrand, déjà très atteint par un cancer de la prostate métastasé, avait eu recours aux produits Beljanski. Malgré le sombre pronostic de son médecin officiel qui lui donnait deux mois à vivre, il reprit goût à l’existence et put largement finir les dix-huit mois de son mandat. Dès le décès du président (8 janvier 1996), très vite les hostilités reprirent, d’autant plus violentes que la notoriété du chercheur et des produits augmentaient. Le 9 octobre 1996, à 6 heures du matin, l’assaut fut donné à Saint-Prim (siège du Ciris), dont les issues avaient été bloquées par des barrages équipés de herses. Les commandos du GIGN14, hélicoptères et maîtres-chiens à l’appui, procédèrent à l’arrestation, surmédiatisée, du chercheur. Dans son dernier livre, le scientifique genevois, Maurice Stroun15 mentionne que « Simone Veil, femme admirable par ailleurs, alors ministre de la Solidarité et de la Santé – dont le directeur de la Santé s’est chargé de préparer une plainte motivée par l’absence d’autorisation de mise sur le marché (AMM) des produits Beljanski – prit une mesure proprement scandaleuse envers les malades [du biochimiste], sous l’influence (…) de l’Institut Pasteur avec lequel elle était très liée ». Bien que ladite plainte ne sera déposée qu’en juin 1996, elle portera l’estocade fatale. C’est ainsi qu’ « elle envoya la police à 6 heures du matin chez un bon nombre de malades, dont ses services s’étaient procurés la liste, pour confisquer les médicaments qui les aidaient à vivre. Dans le laboratoire [isérois] de [Mirko], les produits furent également saisis » . « Cette opération ” terroriste ” occupa sur le territoire national près de 200 gendarmes du GIGN dont 80 au seul siège de l’association16. Pas moins de 60 perquisitions ont été lancées, simultanément, à l’assaut de Saint-Prim ». Alors que Mitterrand était au plus mal et que l’on évoquait des élections anticipées, il est toutefois permis de s’interroger quant au bien-fondé de tels agissements lorsque l’on sait que Simone Veil pouvait entrevoir l’opportunité d’être nommée Premier ministre [en vue de succéder, ainsi, à Edouard Balladur (2e cohabitation)]. Mitterrand rétabli, les élections anticipées furent oubliées !

 

Depuis la saisine de la Cour de justice européenne (CJUE) en mars 2000 par votre fille, Sylvie, l’État Français a-t-il pu vous présenter de plus amples explications notamment sur la durée excessive de la procédure ?

Sylvie Beljanski, présidente de Natural Source International, Ltd., société qui détient l'exclusivité des produits Beljanski dont le siège est à New York. Fille de Mirko Beljanski, Sylvie, avocate de formation, n'a eu de cesse, au prix d'un travail acharné, de faire reconnaître l'oeuvre scientifique de sont père. Elle poursuit, aujourd'hui, sa mission d'éducation en proposant, régulièrement, de nouveaux programmes de recherches. Elle anime, régulièrement, des conférences dans le monde entier en anglais et en français sur "l'approche santé Beljanski".
Sylvie Beljanski, présidente de Natural Source International, Ltd., société qui détient l’exclusivité des produits Beljanski dont le siège est à New York. Fille de Mirko Beljanski, Sylvie, avocate de formation, n’a eu de cesse, au prix d’un travail acharné, de faire reconnaître l’oeuvre scientifique de sont père. Elle poursuit, aujourd’hui, sa mission d’éducation en proposant, régulièrement, de nouveaux programmes de recherches. Elle anime, régulièrement, des conférences dans le monde entier en anglais et en français sur “l’approche santé Beljanski”. Crédit : Natural Source International, Ltd. – NY (USA)

La CJUE s’est littéralement assise sur le dossier Beljanski. Mirko décédé, elle n’a pas souhaité le réhabiliter. Avocate de formation, Sylvie décida de rétablir l’honneur bafoué de la famille. Elle fonda la société américaine, Natural Source International, Ltd.1 7 dont elle assure, désormais, la présidence, et porta l’affaire devant la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH). Le 7 février 2002, un arrêt de la CEDH, intitulé « Beljanski contre France », rendu à l’unanimité prononça, en faveur de Beljanski, la condamnation de la France. La CEDH condamne, unanimement, la procédure dont Mirko fut la victime, compte-tenu de son âge, de l’atteinte portée à sa réputation de scientifique et au sérieux de ses recherches. En septembre 2011, Sylvie obtint un arrêt de la Cour d’appel de Paris qui a reconnu ne pas avoir de justification aux poursuites fiscales introduites contre sa mère.

 

Qu’en est-il début 2016 ?

Après nous avoir empoisonné la vie (celle de mon mari jusqu’à sa mort le 28 octobre 1998) et la mienne pendant toutes ces années, après avoir saisi le pavillon, qui nous avait servi de centre de recherches, obligés de vendre à la hâte l’appartement de mes parents, l’administration fiscale française vient de m’accorder un dégrèvement pour plus d’un million d’euros ! Par l’exécution de son arrêt, la Cour d’appel administrative (CAA) de Paris a mis fin à 15 ans de harcèlement fiscal pendant de la décision de la CEDH (février 2002).

 

Où en est, aujourd’hui, l’avancée de la recherche Beljanski aux Etats-Unis et, plus largement, dans le monde ?

Aujourd’hui, la consécration posthume du travail de Mirko vient des États-Unis où les découvertes du chercheur ont attiré l’attention de plusieurs institutions reconnues. L’œuvre scientifique de Mirko se poursuit : continuation rigoureuse de programme de recherches, promotion et distribution des produits Beljanski… sont une priorité. Des centres prestigieux tels que Columbia University18, Kansas University19 et le célèbre Centre de traitement du cancer (CTCA) à Chicago20 sans omettre le centre de Nanjing en Chine21 s’intéressent au développement de la recherche, travaillant sur des extraits, gracieusement fournis, par Natural Source International, Ltd. Non seulement les recherches de Mirko ont été confirmées mais, également, approfondies. Des résultats, très positifs, de tout premier ordre, ont vu le jour et confirment l’intérêt des produits Beljanski qui, depuis bientôt un quart de siècle, n’ont cessé d’aider les malades. Les recherches et les résultats récents sont spectaculaires et d’un intérêt majeur pour les malades, mais également pour les avancées de la science qui piétine depuis si longtemps dans le domaine du cancer.
Ces confirmations scientifiques valident, totalement, la vision de la cancérogenèse qu’avait Mirko Beljanski il y a déjà 30 ans et ne font que justifier notre long et douloureux combat mené au profit des malades et de la recherche. Pour ne citer que les derniers exemples, pas plus tard qu’en novembre 2013, à New York, une récente étude scientifique américaine portant sur les effets du Pao peirera (poirier du Brésil) et le cancer avancé de la prostate démontre que ledit extrait de plante est efficace contre les cellules cancéreuses qui ne répondent plus aux agents qui interfèrent avec l’action des hormones. L’étude fait également apparaître que les cellules hormono-indépendantes restent sensibles à l’action anti-cancer du Pao pereira.
Cet extrait qui, selon l’application Beljanski, agit par ailleurs sur un complexe appelé NFkB22, centre de contrôle régulant la survie, la prolifération et l’invasion cellulaire. Les résultats suggèrent alors que le Pao pereira serait utile pour les hommes ayant un cancer de la prostate hormono indépendant. Dans le même temps, au Kansas, une autre équipe de recherche a exploré le potentiel des extraits de Pao pereirab et du Rauwolfia vomitoria sur les cancers de l’ovaire et du pancréasc en tant qu’agents thérapeutiques alternatifs. Particulièrement difficiles à traiter, tous deux sont souvent diagnostiqués tardivement et développent une résistance aux traitements conventionnels. Or, il a été constaté l’efficacité anti-cancer du Rauwolfia vomitoria utilisé à la fois seul et en combinaison avec le Carboplatine23 sur les cellules cancéreuses de l’ovaire. Utilisé en synergie, il diminue de 87 à 90% la taille des tumeurs chez l’animal. Ces confirmations essentielles indiquent qu’en présence de l’extrait précité, la résistance des cellules tumorales aux traitements chimiques est surmontée et l’efficacité du Carboplatine contre le cancer de l’ovaire est rétablie. En septembre 2013, toujours au Kansas, une seconde publication confirme que les deux extraits de Beljanski, non seulement déciment ces cellules cancéreuses mais, de surcroît, présentent une belle synergie d’action avec diverses chimiothérapies. Les résultats sont spectaculaires. Le Pao pereira inhibe, sélectivement, la croissance des cellules du cancer de l’ovaire, mais induit l’apoptose24. De plus, l’extrait améliore, grandement, l’efficacité des traitements en chimiothérapie. In vivo, le Pao pereira seul élimine la croissance tumorale de 79% et l’on observe une diminution du volume de l’ascite de 55%. En cas de combinaison avec une chimio, l’inhibition de la tumeur atteint 97% et l’ascite est complètement éradiquée. Déjà en juillet 2013, le centre médical de l’université du Kansas publiait que l’utilisation du Pao pereira, pratiqué seul ou en combinaison avec la Gemcitabine (chimiothérapie utilisée dans la plupart des traitements du cancer du pancréas) sur de multiples lignées de cellules cancéreuses du pancréas, même celles résistantes aux médicaments antimitotiques, permet de supprimer la croissance tumorale de façon significative. Des résultats qui pointent, une fois de plus, l’absence de toxicité des solutions Beljanski sur les cellules saines.

 

« Une démarche qui ne fait aucun cas de l’opinion publique, des résultats scientifiques, des confirmations scientifiques et médicales, de la montée des pathologies, des effets secondaires consternants des traitements hospitaliers imposés aux malades, de la pollution sans cesse plus répandue… donnera à nos enfants l’image d’une société totalement irresponsable, d’un Etat démissionnaire, d’une course au profit lamentable »
Monique Beljanski

 


La France condamnée par la CEDH, considérez-vous désormais, l’honneur de Mirko, si longtemps bafoué, voire celui de la famille Beljanski, comme pleinement réhabilité ?

Pour ma part, l’honneur de Mirko est hors des manœuvres et des atteintes politiciennes, instiguées par une « bande de copains » défendant les mêmes intérêts. Son honneur est sauvegardé par chaque malade guéri, par les confirmations scientifiques, par les faits et non par les rumeurs malveillantes.


Avec le recul, quel message souhaiteriez-vous délivrer à l’opposition scientifique et médicale ?

Tout scientifique ou médecin qui se respecte a le devoir de favoriser le bien être des patients. La recherche Beljanski ne se substitue pas aux traitements classiques, elle est complémentaire, peut diminuer les souffrances, entre autres, par une réduction notable des effets secondaires en chimiothérapie. C’est un non-sens tant humain que scientifique de s’y opposer.      

 

  1. ARN : L’acide ribonucléique (du nom de son sucre, la ribose) est une macromolécule chimique voisine de l’ADN. Existe sous différentes formes et en grande variété. Joue des rôles très différents dans la cellule.
  2. Enzyme qui effectue la copie d’ARN en ADN et permet donc aux virus à ARN d’intégrer celui-ci à l’ADN de la cellule hôte.
  3. Bactéries, œufs de poisson, champignons.
  4. L’Oncotest est un test biochimique. In vitro, il mesure la vitesse de duplication de l’ADN sain et celui de l’ADN cancer en présence d’une substance à tester. L’Oncotest donne 4 réponses simultanées en quelques heures : potentiel cancérogène, neutre, toxique ou anti-cancéreux. Ce test est radicalement différent de ceux utilisés dans la pratique courante car ces derniers sont basés sur la mutagenèse des cancérogènes et non la cancérogenèse. Or, près de 40 % des cancérogènes ne sont pas mutagènes et, donc, échappent aux contrôles !
  5. L’acide désoxyribonucléique (ADN) est une molécule, présente dans toutes les cellules vivantes, qui renferme l’ensemble des informations nécessaires au développement et au fonctionnement d’un organisme. C’est aussi une substance porteuse de l’information héréditaire (code génétique), constituant principal des chromosomes.
  6. Virus de l’immunodéficience humaine (VIH) est un rétrovirus infectant l’homme et responsable du Syndrome d’immunodéficience acquise (Sida).
  7. L’AZT est un antirétroviral actif contre le VIH, responsable du Sida.
  8. Alors même qu’ils vivaient dans un environnement naturel protégé depuis des siècles, les Indiens de la forêt amazonienne avaient découvert les bienfaits de la décoction d’écorce de l’arbre appelé Pao pereira qu’ils buvaient lorsqu’ils se sentaient affaiblis ou vulnérables.
  9. Agence nationale de recherche sur le Sida et les hépatites virales (ANRS), agence autonome de l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale) en France.
  10. Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (AFSSAPS).
  11. La Direction générale de la santé (DGS) dépend, en France, du ministère de la Santé.
  12. Centre national de la recherche scientifique (CNRS), France.
  13. Le Centre d’innovation, de recherches et d’information scientifique (Ciris) est une association française de patients qui soutiennent la recherche Beljanski, le développement de la recherche, la lutte contre le cancer, le Sida et les maladies graves. Siège social : Les Orchidées, route du Stade, 38780 Eyzin-Pinet, France. Tél. 04 74 56 58 00 – 05 46 75 39 75.
  14. Groupe d’intervention de la gendarmerie nationale, unité d’élite de la gendarmerie française à l’origine spécialisée dans les opérations de contre-terrorisme et de libération des otages. Sa devise, coup du sort, « Sauver des vies au mépris de la sienne » !
  15. Mon cher collègue, je ne serai pas recteur, Maurice Stroun, Editions L’Harmattan, page 159.
  16. Extrait des Savants maudits, chercheurs exclus, Pierre Lance, Guy Trédaniel Editeur, volume 1, page 295.
  17. Natural-Source International Ltd (qui détient l’exclusivité des produits Beljanski), 315 Madison Ave, 16th Floor, New York, NY 10017, USA.Tél. 00 (1) 212 308 7066, Fax 00 (1) 212 395 3925, E-mail : info@natural-source.com. Site web : www.natural-source.com ;
  18. Colombia University Medical Center (CUMC) – http://newsroom.cumc.columbia.edu/blog/2014/01/21/common-blood-cancer-may-initiated-single-mutation-bone-cells/
  19. Kansas University Medical Center (KUMC), centre medical d’excellence, est présent dans l’enseignement, la recherche, les soins aux patients et l’engagement communautaire.
  20. Cancer Treatment Centers of America (CTCA) de Chicago : www.cancercenter.com. Tel. +00(1) 800 931 05 99.
  21. Nanjing est une ville de Chine.
  22. NF-KB pour « nuclear factor-kappa B » est une protéine de la super-famille des facteurs de transcription impliquée dans la réponse immunitaire et la réponse au stress cellulaire. Cette dernière est associée aux facteurs anti-apoptotiques. En effet, son activation par la libération de sa protéine inhibitrice (IKB) déclenche la transcription de gènes anti-apoptotiques dans le noyau. Elle effectue donc un rétrocontrôle négatif de l’apoptose.
  23. Le carboplatine* est un cytostatique dont les propriétés biochimiques sont similaires à celles du cisplatine. Le carboplatine se fixe sur la molécule d’ADN (acide désoxyribonucléique) en produisant des liaisons alkyles responsables de la formation de ponts entre les deux chaînes de la molécule ou entre les chaînes de deux molécules d’ADN adjacentes. La synthèse par réplication et la séparation ultérieure de l’ADN sont ainsi inhibées, de même que, secondairement, les synthèses de l’ARN (acide ribonucléique) et des protéines cellulaires. (* http://www.vidal.fr/substances/810/carboplatine/#FPAT3xUueMuPC1XY.99)
  24. Mort programmée des cellules.

 

  1. Novembre 2013 : « Pao pereira Extract Supressses Castration Resistant Prostate Cancer Cell Growth, Survival and Invasion Through Inhibition of NFkB Signaling » by Cunjie Chnag, BS. Wei Zhao, MS,Bangxian Xio, BS, Yongming Deng, BS, Tao Han, BM. Yangyan Can. BS,Yundong, Dai, BS, Zhen Zhang, BS, Jimin Ciao, MD, PLD, Hongpian Guo, MD, PhD, and Jun Yan, PhD Intergrative Cancer Therapies 2013, Vol WW(X)1-40.
  2. Septembre 2013 : « The plant extract of Pao pereira Potentiates Carboplatin effects against ovarian cancer ». Pharmaceutical Biology, Information healthcare, Jun Yu and Qi Chen, Department of Pharmacology, Toxicology and Therapeutics, KU Integrative Medicine, University of Kansas Medical Center, USA.
  3. Novembre 2013 : « Antitumor Activities of Rauwolfia vomitoria Extract and Potentiation of Carboplatan Effects Against Ovarian Cancer » Jun Fu. PhD1.2, Yan Ma, PhD1.2, Jeanne Drisko, MD2 Qi Chen, PhD.

 

Pour aller plus loin

  • Sources naturelles de santé et de guérison : l’esprit novateur, Mirko Beljanski, Stephen Coles, Guy Trédaniel Editeur (janvier 2013) ;
  • Mon cher collègue, je ne serai pas recteur, Maurice Stroun, Editions L’Harmattan ;
  • La santé confisquée, Mirko et Monique Beljanski, Guy Trédaniel Editeur ;
  • Cancer : l’approche Beljanski, Mirko et Monique Beljanski, Christian Marcowith et Hervé Janecek, Guy Trédaniel Editeur ;
  • Diététique et Beljanski : un apport décisif pour conserver ou rétablir la santé, Monique Beljanski et Dany Toussaint, Guy Trédaniel Editeur ;
  • Mirko Beljanski, chronique d’une fatwa scientifique, Monique Beljanski, Guy Trédaniel Editeur ;
  • Beljanski et la cancérogenèse, Monique Beljanski, Editions de Broca ;
  • Natural Cancer Cures, ouvrage collectif, Healthy Living Magazine ;
  • The Regulation of the Replication and Transcription, Mirko Beljanski, Evi Liberty Corp ;
  • The Regulation of DNA Replication and Transcription, 3e édition, Mirko Beljanski, Demos Medical ;
  • Extraordinary Healing, Stephen Coles, Freedom Press ;
  • Beljanski, une affaire d’État, F. Lebeau, Editions du Rocher ;
  • Enquête sur un survivant illégal, l’affaire Gérard Weidlich, Sophie Chervet, Guy Trédaniel Editeur ;
  • Le grand secret, le livre interdit, Claude Gubler et Michel Gonod, Editions du Rocher ;
  • Beljanski, un novateur en biomédecine, Nordau et Beljanski, Marco Pietteur Editions ;
  • Dialogue n° 4, revue du Ciris, recueil de témoignages et publications scientifiques (édition 2011) ;
  • Article intitulé « Du RLB au GIGN, ou l’histoire d’un chercheur uniquement « coupable » d’être « capable » par l’écrivain, journaliste, philosophe, Pierre Lance,  pour le magazine en ligne, Enquêtes de santé n° 11, février-mars 2012 ;
  • Article intitulé « Pour la gloire de mon père » par  Brice Perrier, Grazia hebdomadaire du 05 au 11 juillet 2013 ;
  • Article intitulé « Qui osera réhabilité Beljanski ? » par la journaliste, Kim-Anh Lim, magazine Nexus, numéro 96 ( janvier-février 2015) ;
  • Politiquement incorrecte mais scientifiquement exacte, l’histoire Beljanski : des molécules et des hommes, DVD disponible auprès de la Fondation Beljanski
    au prix de 7 € (+2 € de frais de port).


A visionner

 

Références des publications scientifiques des récentes études
et confirmations américaines

  • Dose escalation study of an anti-thrombocytopenic agent in patients with chemotherapy induced thrombocytopenia.
    Robert D.Levin, MaryAnn Daehler, et al.
    BMC Cancer (2010)10 : 565 572.
  • Anti-prostate cancer activity β-carboline alkaloid enriched extract from Rauwolfia vomitoria.
    D.L. Bemis, J.L. Capodice, P. Gorroochurn,
    A.E. Katz, R. Buttyan
    International Journal of Oncology 29 : 1065-1073, 2006.
  • β-carboline Alkaloid-Enriched Extract from the Amazonian Rain Forest Tree Pao Pereira Suppresses Prostate Cancer Cell.
    D.L.Bemis, J.L. Capodice. M.Manisha et al.
    Journal of the Society for Integrative Oncology, Vol 7. N°2 : 59-65, 2009.
  • Inhibition of pancreatic cancer and potentiation of gemcitadine effects by the extract of Pao Pereira.
    Jun Yu, Jeanne Drisko, Qi Chen
    Oncology Reports, Vol 30 n°1, 149-156, 2013.
  • Antitumor activities of Rauwolfia vomitoria extract and potentiation of carboplatin effects against ovarian cancer.
    Jun Yu, Yan Ma, J.Drisko & Qi Chen
    Current Therapeutic Research 75 : 8-14(2013).
  • The plant extract of Pao pereira potentiates carboplatin effects against ovarian cancer.
    Jun Yu, Qi Chen Pharmaceutical Biology 2013 :
    DOI : 103109/13880209.2013808232.
  • Pao pereira extract suppresses castration-resistant prostate cancer cell growth, survival and Invasion through inhibition of NFkB signaling.
    Cunjie Chang. Wei Zhao et al. Integrative Cancer Therapies 1-10(2013) DOI : 10.1177/1534735413510557.

 

chevron-right chevron-left

 

A toutes fins utiles

Beljanski Foundation, Inc.
5 Tudor City Place #2209, New York, NY 10017, USA.
Tél. 00 (1) 646 808 5583, Fax 00 (1) 212 308 7014.
Site web : www.beljanski.com
E-mail : info@beljanskifoundation.com

 

 

Print Friendly, PDF & Email