Le Refuge : « Des hommes et des “elles”, l’art de la reconstruction de soi »


Crédit : Frédéric Trobrillant
Print Friendly, PDF & Email

Associé à douze artistes, l’auteur-photographe, Frédéric Trobrillant, offre à visualiser une « transmigration photographique » au sein de la première délégation historique de l’association nationale Le Refuge de Montpellier qui accueille des jeunes homosexuels en pleine crise identitaire.

La promulgation récente de la loi en faveur du « mariage pour tous » marque, clairement, la volonté de l’Etat à considérer tous les citoyens français comme égaux en droit. Mais il n’en reste pas moins vrai que le quotidien de nombreux jeunes majeurs homosexuels ou transgenres est encore jalonné de lourdes épreuves visant à s’attaquer à l’intégrité morale voire physique de ces jeunes – tout juste sortis de l’adolescence – en quête identitaire. La différence, quelle qu’elle soit, est toujours difficile à comprendre et, plus encore à accepter. Elle est un facteur majeur de rejet de l’autre par crainte ou méconnaissance d’un public qui a décidé de vivre, notamment sa sexualité autrement. Les appels de détresse aux standards des associations à l’image du Refuge ou de SOS Homophobie ne cessent de se multiplier tant les violences faites sur les personnes issues du mouvement LGBT (Lesbiennes, Gays, Bi et Trans) de France ou du pro-mariage sont en hausse.

 

La reconstruction de soi par l’art

Le projet artistique « Des hommes et des “elles”, l’art de la reconstruction de soi », instigué par l’artiste-plasticienne, Sandra Lienard, l’écrivaine publique, Isabelle Israel et couché sur la pellicule par le photographe, Frédéric Trobrillant, met en lumière les problématiques identitaires des jeunes homosexuels hébergés par l’association montpelliéraine Le Refuge, avec la visée de leur offrir un nouveau regard sur eux-mêmes en soutenant les actions de l’association : participation à la Semaine nationale contre l’homophobie, la transphobie et, plus largement,  la lutte contre l’exclusion et les discriminations liées à l’identité de genre, ligne d’écoute, l’hébergement, l’accompagnement… prenant, ainsi, le contre-pied des étiquettes à l’emporte-pièce, de tous les préjugés et les discriminations dont ils sont victimes au sein même des populations marginalisées. Une initiative qui voulait transmettre un message résolument positif : « Comme je suis homo, je suis hétéro, je suis bi…. Je suis un homme ou je suis “elle” et je suis une personne bien » !

 

Tolérance, écoute rassurante et déculpabilisante

Première délégation historique de l’association nationale Le Refuge, celle de Montpellier – Languedoc-Roussillon qui vient de célébrer ses 10 ans d’existence, continue d’accueillir des jeunes qui se retrouvent mis à la porte de leur foyer familial une fois leur homosexualité annoncée, grâce au soutien permanent de 25 bénévoles. Beaucoup ont besoin d’une prise en charge spécifique et d’une écoute rassurante et déculpabilisante. Le Refuge est la seule structure en France, conventionnée par l’Etat, à proposer un hébergement temporaire et un accompagnement social, médical, psychologique et juridique aux jeunes majeurs en situation d’errance victimes d’homophobie ou de transphobie… Des thématiques variées rythment la vie hebdomadaire de la délégation : café-philo, danse, jeux de société, atelier cuisine, permanence repas, sorties et loisirs (cinéma, bowling, géocaching, musée, équitation, patinoire…). « Au-delà des ateliers d’insertion professionnelle, relève Morgane Leroux en charge de l’insertion, les bénéficiaires sont suivis, mensuellement, par la Mission locale et sont reçus une fois par semaine par notre travailleur social qui les écoute, les aiguille et les accompagne pour l’ensemble de leurs démarches sociales, professionnelles et administratives ».
Compte-tenu de l’importance de la prévalence du VIH1, en particulier chez les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes, notamment chez les jeunes,  les bénévoles se mobilisent, quotidiennement, pour faire de la lutte contre le Sida un objectif prioritaire.
Ces clichés ont été exposés en avant-première du 4 au 8 novembre 2013 à la mairie de Montpellier, puis à Toulouse, Perpignan, Avignon et Genève (Suisse) selon le calendrier rappelé ci-dessous.

 

  1. Virus de l’immunodéficience humaine (VIH) est un rétrovirus infectant l’homme et responsable du Syndrome d’immunodéficience acquise (Sida)

 

Print Friendly, PDF & Email