Paradigme & Prospective et son dirigeant déposent plainte au pénal pour délit de diffamation publique


Crédit : DR
Print Friendly, PDF & Email

La diffamation est définie en France par l’article 29 alinéa 1 de la loi sur la Liberté de la presse du 29 juillet 1881 : « Toute allégation ou imputation d’un fait qui porte atteinte à l’honneur ou à la considération de la personne ou du corps auquel le fait est imputé ». Calomnie, diffamation, injures et dénigrement sur Internet : attention, c’est du pénal !

Les 21 et 22 octobre, une violente campagne de diffamation publique a savamment été orchestrée, de la plus lâche des façons, avec la volonté délibérée de porter atteinte à ma personne, à mon honneur, à ma considération, à mon honnêteté, à mon intégrité ; de nuire à mon activité professionnelle, à nos éditions (Paradigme & Prospective) également par le biais de son directeur de publication et, par extension, à mes collaborateur(trice)s, à ma famille, à mes proches, à mes relations, à mes connaissances et contacts (abonnés, internautes…).

En foi de quoi, la société à responsabilité limitée (Sarl) Paradigme & Prospective en sa qualité de personne morale et son dirigeant, Romaric Liégeois, en sa qualité de personne physique en tant que représentant légal de nos éditions, déclarent, par le présent message, déposer plainte soumise au juge pénal (art. 48-6 de la loi sur la presse) pour délit de diffamation publique sur internet, les réseaux sociaux, blogs et forums de discussion contre le(les) auteur(s) présumé(s) des propos diffusés, en l’espèce eu égard aux pages, journaux et messageries, en particulier Facebook, afin d’obtenir par voie de droit, outre leur condamnation, réparation du préjudice subi.


Le Parquet de Châteauroux bientôt saisi de la plainte

Ces actes malveillants, calomnieux et diffamatoires voire de dénigrement systématique et récurrent feront donc l’objet des suites judiciaires appropriées dans pareil cas sur le fondement des dispositions de la loi sur la presse.

Un constat d’huissier a, d’ores et déjà, été établi samedi 22 octobre. Le procureur de la République du Parquet de Châteauroux sera saisi de la plainte précitée dans les jours qui viennent par la voie de Maître Agnès Tourel mandatée pour nous représenter dans le cadre de la présente affaire par devant le tribunal correctionnel de Châteauroux.

Il est rappelé, à toutes fins utiles, que l’article 32 de la loi sur la liberté de la presse du 29 juillet 1881 sanctionne la diffamation publique envers les particuliers d’une amende de 12 000 €uros. Si la victime est une personne morale (entreprise), l’auteur d’une diffamation publique encourt quant à lui/elle une peine d’emprisonnement d’un an et/ou 45 000 €uros d’amende. L’infraction de calomnie, de dénigrement donnera lieu à des dommages et intérêts.

Naturellement, nos éditions vous tiendront informées de l’évolution de cette bien regrettable affaire.

 

Romaric Liégeois
Gérant – Directeur de publication et de la rédaction
Paradigme & Prospective

Print Friendly, PDF & Email