Ulule : « un serial killer » avance masqué sur la toile, la ligne éditoriale de Paradigme & Prospective sous haute prédation


Doué du sentiment d’impunité totale et de toute puissance que confère l’anonymat, "l'usurpateur" ne craint pas de recourir à des techniques d’intimidation mafieuses et à des stratégies d’isolement perverses en accablant sa proie de tous les maux. Qui veut tuer son chien l’accuse de la rage ! Crédit : DR
Print Friendly

Attaqués sur tous les fronts depuis le démarrage de sa campagne de crowdfunding Ulule, le titre progressiste nîmois (Gard) et son dirigeant répondent aux « tentatives d’intimidation » et aux « menaces injurieuses et diffamatoires » diffusées sur Internet et déclarent contre-attaquer par voie judiciaire. Eléments de réponse.

Nous vivons dans une société à haut risque où l’intensification de l’information, la prolifération technologique et la compression des temps de décision et d’action soumettent les entreprises, à des situation inédites et imprévisibles.

Pour preuve, depuis le lancement de la campagne de financement participatif Ulule, intervenue samedi 6 mai à la veille du premier tour de l’élection présidentielle française, pour une collecte de fonds limitée à 50 jours, Paradigme & Prospective et son dirigeant, Romaric Liégeois, sont l’objet d’un travail de sape et de disqualification savamment orchestrés.

En effet, chaque jour, éclate dans les coulisses de cette campagne mais aussi au su et vu du public et des contributeurs potentiels, un nouveau coup de théâtre dans la blogosphère, les réseaux sociaux via Internet et, en particulier, au moyen de l’onglet « commentaires » de la page du projet Ulule, métamorphosée en une arène de combat où notre adversaire avance sous un lâche jeu de masques, se fait le porte-voix d’« attaques » haineuses, injurieuses et diffamatoires, animées par une ferme volonté d’intimidation.

Devenue une scène de dénigrement, dont le but est de porter un coup fatal à l’image de marque de Paradigme & Prospective et à la réputation de son dirigeant, la campagne Ulule reçoit de plein fouet l’impact destructeur des coups par la volonté de nuire d’un « individu » manipulateur adepte de frappes systématiques sans justifications ou revendications, pour autant que l’on soit légitime à se manifester !

Cet imposteur, doué du sentiment d’impunité et de toute puissance que confère l’anonymat, ne craint pas de recourir à des techniques d’intimidation mafieuses et à des stratégies d’isolement perverses en accablant sa proie de tous les maux. Qui veut tuer son chien l’accuse de la rage !

Fort consciente des atteintes graves occasionnées par ce véritable « lynchage », la plate-forme Ulule n’a pas hésité à bloquer, définitivement, le (ou) les compte(s) anonyme(s) à l’origine de ces actes inédits, hautement malveillants et condamnables.

 

Discréditer pour condamner et stériliser la campagne d’appel de fonds

La véritable cible de cette entreprise de démolition est, en réalité, le projet éditorial que le titre incarne et défend. Déterminé à traiter des « sujets qui dérangent », Paradigme & Prospective suscite pour le moins de viscérales haines, des idées fixes et des pulsions assassines.

Dire haut et fort ce que l’on veut étouffer, mettre au jour les scandales et faire la lumière sur les affaires sales de notre « société de civilisation » avec mordant et obstination, loin du cercle vicieux entretenu par les acteurs médiatiques majeurs fait visiblement plus que déranger.

A décrypter les messages de cet imposteur, Paradigme & Prospective est sommé, de débarrasser le plancher, avec force manœuvres d’intimidation, à coup de multiples accusations, d’attaques injurieuses et diffamatoires, d’avertissements en tous genres, d’usurpation d’identité et de marque, de harcèlement sibyllin caractérisé, de parasitisme quotidien de la campagne de crowdfunding qui vise à fortifier le jeune titre et à le développer.

Bref, les chefs d’accusation, imputables à cet usurpateur, ne manquent pas. Faut-il y voir un effet du contexte social et politique de notre société française en pleine mutation, « l’extrême droite » en toile de fond ? « Le ventre est encore fécond d’où a jailli la bête immonde »1

 

Un seul mot d’ordre : résister et faire échec à une injustifiable règle du jeu 

Paradigme & Prospective – dont le 1er numéro est sorti, quasi jour pour jour, un an après l’attentat qui a frappé la rédaction de Charlie Hebdo à Paris n’entend pas abdiquer de sa politique éditoriale et céder devant les visées assassines d’un « ennemi caché » manipulateur adepte de moyens délétères et agitateur plus que d’idées, de peurs, dans un pays en perte de repères fiables et sous le joug de « la politique spectacle ».

Paradigme & Prospective, revue progressiste « d’information, de prospective et de réflexion sociologique qui dénonce, s’oppose et réveille les consciences » construit un espace de réflexion ouvert à la polyphonie des voix et des points de vue pour dégager les lignes de force sur lesquelles construire un monde meilleur et non pas « le meilleur des mondes » d’Huxley tel qu’il se profile déjà.

Pourquoi et qui agit dans l’ombre pour sacrifier Paradigme & Prospective, en menant tambour battant cette campagne de dénigrement ? Qui a intérêt à porter atteinte aux logiques démocratiques et à la liberté d’expression que symbolise un appareil médiatique véritablement pluriel ? Qui pourrait tirer profit d’une homogénéisation des discours et d’un lissage de l’information qui jette un voile sur la lecture avertie et lucide d’un monde devenu une « quasi équation insoluble » tant les problèmes culminent dans notre société en crise où le très pessimiste slogan « No Future » se pare des attributs du réalisme ?

 

« Ceux qui luttent ne sont pas sûrs de gagner, mais ceux qui ne luttent pas ont déjà perdu » (Bertolt Brecht)

La France traverse une période sous haute tension sociale et politique, médiatique aussi car le politique est intriqué à la sphère médiatique. Or le contexte particulier de l’actualité nationale et internationale, n’est pas sans influence sur ce qui nous atteint aujourd’hui.

En effet, au-delà de ce qui pourrait sembler anecdotiquement relever des fantaisies mortifères « d’une âme en peine » s’autorisant tous les coups bas mais non sans causer des dommages sur le développement de notre titre, il est certain que, dans notre société du spectacle, la banalisation de la disqualification de l’Autre autorise l’avènement de certains passages à l’acte violents et intrusifs, à l’image des infractions récurrentes de l’acteur masqué de cette guerre virtuelle contre Paradigme & Prospective et son dirigeant. 

 

Qui se cache sous un lâche jeu de masques ? Un « ennemi » sans visage et sans nom

Le moins que l’on puisse dire est que cet « ennemi » obstiné dans ses « attaques » et sa volonté d’intimider garde bien son jardin secret, à commencer par son nom. Il n’en a pas et opte pour l’anonymat jouant d’un carrousel de pseudonymes censés en dire long.

La lâcheté de ce procédé parle d’elle-même. Autant dire qu’« il » a le courage de ses opinions ! Quand on a quelque chose à revendiquer légitimement, on le fait savoir et valoir, on l’assume en son nom propre. Ainsi « contrelesescrocs » change de peau et devient « stopponslarnaque » ou plus virilement « Chris Beaugland » ou « Ben Brisfer », la liste est longue et nous égare dans un jeu de rôles qui n’amuse que cet usurpateur.

Nous l’imaginons, livrant ses bras de fer en parasite de la campagne Ulule, tapi derrière son ordinateur, jusqu’à ce jour se croyant protégé par son anonymat, bercé par l’illusion d’un sentiment d’impunité totale, étendu sur son sofa, s’attachant à se faire un nom à l’image du « redresseur de torts », dans une nouvelle version de la « promotion canapé ».

Nous ne ferons pas couler plus d’encre sur ce ou « ces » sinistre(s) personnage(s), l’autopsie des raisons d’être d’un « fantôme » ou une critique de sa raison pure et de son modus operandi. Notre équipe à mieux à faire, œuvrer pour faire vivre Paradigme & Prospective, donner corps à un nouvel espace de partage de vues à travers une revue qui se donne les moyens de son ambition.

 

Feu vert « les gens » : dernière ligne droite pour triompher de « la bête immonde »1

A vous de jouer « les gens » pour sauver Paradigme & Prospective et faire triompher une « information éclairée » du citoyen autant que faire vivre par voie/voix de presse le pacte républicain « Liberté, Egalité, Fraternité » pour qu’il devienne une réalité pour tous, plutôt que de laisser la place à la haine, à la peur de l’autre, au racisme, au totalitarisme, au fascisme, à l’antisémitisme, à l’obscurantisme… En somme, à l’arbitraire. Faites entendre votre voix, positionnez-vous, contribuez au soutien de Paradigme & Prospective.

 

Plus que 33 jours pour contrer « l’arbitraire » à partir de seulement 5

Le compte à rebours a commencé, il reste 33 jours de campagne Ulule pour relever le défi qui permettra à Paradigme & Prospective de résister à une volonté sans merci de l’abattre. L’histoire est semée d’exemples où des voix lucides et dissonantes avec le discours dominant se voient réduites au silence. Antonio Gramsci, intellectuel italien, n’a-t-il pas été désigné par les fascistes, sous le régime dictatorial de Mussolini, comme étant « le cerveau, qu’il faut empêcher de fonctionner », à l’image de tant d’autres, mis hors circuit (Marx, Brecht, Hugo, Voltaire, Jaurès…) ?

Il appartient à chacun, à chacune, pour contrer des logiques « d’épuration » de la presse, de décider d’un engagement de soi actif dans le jeu démocratique et en toute conscience. S’investir dans un soutien concret à notre projet éditorial ne demande qu’un geste sans aucune prise de risque. En effet, à défaut de réunir le montant fixé, chaque contributeur se verra intégralement remboursé de sa participation, directement par Ulule. En cas de succès à cette initiative, notre revue poursuivra, dignement, son développement.

Fortement plombée par les « attaques » précédemment évoquées, la campagne Ulule de nos éditions, est forte, au 24 mai, de 13 contributeurs, que nous remercions, ici, vivement, qui ont permis la levée d’un soutien de 400 €. Or, la collecte de fonds en cours impose à Paradigme & Prospective d’atteindre un objectif minimal porté à 30 000 €.

Si chacune et chacun d’entre nous fait un don d’une valeur de seulement 10 €, nous rattrapons le temps perdu, soit déjà 17 jours du fait de pareilles circonstances. Nous atteindrons ce premier palier avec près de 90 contributeurs par jour (soit une moyenne d’environ 2960 contributeurs sur la période restante). Grâce aux « partages » de l’information et à la puissance de transmission des réseaux sociaux, le défi est à notre portée sur les 33 jours restants. Nous parviendrons ainsi à la moyenne requise de lever 897 € par jour.

Soutenez Paradigme & Prospective pour une presse progressiste libre et indépendante.

La campagne de financement participatif se terminera dimanche 25 juin.

 

D’inquiétantes « attaques » suite à la plainte déposée par notre titre

Ces « attaques » récurrentes font écho à une plainte pour délit de diffamation publique déposée le 8 novembre 2016 par Paradigme & Prospective et son dirigeant auprès du Procureur de la République du tribunal de grande instance (TGI) de Châteauroux. Fidèle à leurs valeurs, le titre progressiste et son gérant sont, non seulement, plus que jamais déterminés à poursuivre la procédure pénale actuellement en cours d’instruction mais, également, à tout mettre en œuvre pour confondre « l’auteur » de la manipulation précitée à visée mortifère. Une mise en examen a, d’ores et déjà, été prononcée par le juge d’instruction Bataille en charge du dossier. Inculpation qui justifie et reconnait notre plainte comme étant fondée de plein droit.

L’énergie assassine qui s’exprime par cette obsession parasitaire est à la hauteur de la volonté de nuire et de porter l’estocade autant que des enjeux inhérents à l’affaire en cours : incitation au retrait de la plainte précitée (d’où la stratégie d’intimidation), atteinte à l’image de marque du support afin de le mettre à bas en portant un coup décisif, tant injustifiable qu’arbitraire, à la politique éditoriale du jeune titre attaché à sa raison d’existence : la préservation de l’environnement, le maintien et l’élargissement des libertés individuelles et collectives, la défense des droits sociaux, la préservation de la santé et de la dignité humaine et, enfin, la restauration des pouvoirs du peuple souverain.

Une chose est sûre, Paradigme & Prospective ne manquera pas de réclamer, par voie de droit, une sanction exemplaire pour de tels actes et réparation du préjudice subi.

Notre « serial killer » , désormais attrait à la procédure en cours, risque fort de déchanter, d’ici peu, que le lieu de l’infraction pénale soit en France ou, quand bien même… à l’étranger !

A bon entendeur…

 

La direction de la rédaction
Paradigme & Prospective

 

  1. Bertolt Brecht dans La résistible ascension d’Arturo Ui donne à entendre, par cette phrase, la montée du fascisme qualifié, aujourd’hui, « d’extrême droite ».

 

 

 

Print Friendly